Les étiquettes du Domaine Mongeard-Mugneret, entre figure imposée et forte personnalité !

Partagé entre désir de modernité et reconnaissance de la tradition, le monde du vin français se pose bien des questions depuis plus de 15 ans sur ses étiquettes, sans qu’une réponse générique se soit imposée à tous.

Conscient de la nécessité de devoir faire évoluer nos étiquettes tout en offrant une reconnaissance visuelle à tous les vins du Domaine Mongeard-Mugneret, nous avons opté pour une certaine uniformisation graphique. Celle-ci permet de respecter les canons esthétiques du nom tout en assurant la promotion de sa réputation internationale de qualité, au premier coup d’œil. Nous avons également fait le choix d’une évolution sans révolution, représentative de notre manière de travailler.

Premièrement nous avons abandonné les écritures gothiques et les lettrines rouges pour ne conserver que la police du nom, pour des étiquettes plus sobres et plus raffinées. Le blason du Domaine est resté au centre de nos étiquettes car il marque de son empreinte leur identité graphique. Argenté ou doré, sa présence est irremplaçable et la justesse de son trait le rend intemporel. Les étiquettes sont identiques pour les Grands Crus, les Premiers Crus et les Villages. Les vins d’appellation Régionale bénéficient d’une étiquette sur le même modèle mais découpée, afin de les distinguer rapidement du reste de notre production.

Certains vins bénéficient cependant d’étiquettes propres à leur caractère différent et vous présentent un autre visage du Domaine Mongeard-Mugneret. Le premier d’entre eux est bien sûr l’Echezeaux Grand Cru « La Grande Complication » à l’étiquette très « graphique ». Mais l’originalité se retrouve aussi chez les Régionales, avec « La Superbe », dont l’étiquette est passée de la forme ovale à carrée, que nous avons trouvé plus en adéquation avec son titre. Les bouteilles « Des Dames de Huguettes » reçoivent, elles aussi, une étiquette sur mesure et fleurie. Mais c’est sans nul doute le Bourgogne Passetoutgrain « Le Libertin » qui s’orne de l’étiquette la plus originale, avec sa gravure du 18e siècle et son col noir à frise, renforçant le caractère évocateur de plaisirs des sens pour ce vin.

Voici en tout cas la preuve qu’il est possible d’apporter une touche de modernité sans sacrifier la tradition, en se réservant la liberté d’une une touche d’originalité, quand cela est nécessaire.

Share Button